Décryptage

DÉCRYPTAGE IHEGC #6 – DÉFENDRE LES COMMERCES

Assemblée Nationale

Commission d’information commune sur les entreprises en difficulté du fait de la crise sanitaire – Présidée par le Député Romain Grau

Audition d’Arnaud Marion, mercredi 21 avril à 16h30

A l’occasion de mon audition de ce jour à l’Assemblée Nationale par la Commission présidée par M.Romain GRAU, j’ai évoqué la difficile question des entreprises du commerce.

Les commerces sont notre premier RESEAU SOCIAL territorial !

  • RAPPEL — Depuis 5 ans, les commerces ont connu les conséquences des attentats de 2015, les gilets jaunes en 2018-19, les grèves de 2019, puis un an de pandémie (avec trois confinements, un couvre-feu de deux mois, et des fermetures administratives dans les centres commerciaux dès le mois de janvier)
  • Le gouvernement a mis en place de nombreuses mesures cumulatives : PGE et étalement de charges sociales/fiscales + activité partielle, mais ce sont des mesures il y a un an : depuis mars 2020 il y a eu deux autres confinements et un couvre-feu de plusieurs semaines et les fermetures de commerces dans les grands centres commerciaux.
  • Les dettes nouvelles (PGE + reports des charges sociales/fiscales) sont des solutions de court terme et de trésorerie mais ne sont pas tenables dans le temps : elles viennent couvrir de la destruction de valeur et seront à rembourser sans création de valeur en face
  • Les loyers sont à payer alors que les commerces sont fermés administrativement : si on interdit aux commerces de travailler, pourquoi laisser le loyer comme une charge normale ? il faut aussi décider que les bailleurs ne perçoivent plus de loyers et qu’ils aient aussi une indemnisation comme les entreprises.

Il y avait eu le crédit d’impôt d’un mois au 1er confinement pour les bailleurs, mais il faut aller plus loin et couvrir tous les mois de fermetures sans effets de seuil.

  • Il est inutile d’opposer petits commerces et « grands » commerces : les grands (réseaux de retail) sont des ETI, rien de plus, et avoir 150 commerces, c’est avoir 150 petits commerces en fait (lien social territorial)
  • On a créé des distorsions de concurrence entre ceux qui ont droit et ceux qui n’ont pas droit, y compris sur le PGE octroyé par les banques qui pour certaines refusent de financer le retail
  • IL Y A ACTUELLEMET DES EXCLUS DES MESURES D’INDEMNISATION
  • Pourquoi un si brutal effet de seuil : on est indemnisé si on fait face à 50%  de baisse du chiffre d’affaires ? Cela veut dire qu’à 49% on n’a droit à rien ! pourquoi un effet de seuil si brutal ? comment une entreprise peut-elle s’en sortir quand elle fait face à 49% de baisse ? les PDG d’INDITEX, ETAM, CELIO se ont tous prononcés sur ce sujet
  • Les repreneurs de 2020 sont exclus du fonds de modernisation et de l’aide « coûts fixes » car ils n’ont pas de référentiel 2019, et même parfois du PGE
  • Ceux qui ont changé de périmètre (fusion, regroupement, acquisition) n’ont pas le bon référentiel pour acter de la baisse du CA surtout s’ils ont fait des acquisitions
  • Les réponses sont souvent : cela dépend de Bruxelles, mais pourquoi le gouvernement doit aller négocier à Bruxelles sur des sujets aussi simples et de bon sens.

IL FAUT SAUVER LES COMMERCES FRANÇAIS DE NOTRE TERRITOIRE EN LES INDEMNISANT DE LEURS PRÉJUDICES RÉELS ET EN ÉVITANT LES DISTORSIONS DE CONCURRENCE.

IHEGC – Arnaud Marion

21 AVRIL 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 × 30 =